[Dossier Les métiers du futur ] # 1 Les Métiers Numérique et Environnement

A la fois problème et solution. C’est, en quelque sorte, la place que tient le numérique aujourd’hui dans le sujet de la crise environnementale qui secoue la planète.

 

Si les métiers phares de cette industrie ont un aspect dématérialisé (nouvelles technologies tels que les objets connectés ou l’intelligence artificielle, les réseaux sociaux, etc.), le numérique est en prise direct avec l’environnement. Il a à la fois une empreinte écologique immédiate sur ce dernier aussi bien qu’il peut proposer des solutions pour réguler la gestion de nos énergies.

La production d’outils ou de machines (ordinateur, smartphones…) a un impact environnemental du fait de l’utilisation de matériaux non-recyclables dans leur fabrication ou encore dans les transports déployés pour les livrer. Par ailleurs, les data centers sont responsables de 2 % de la consommation énergétique dans le monde, notamment car ils ont besoin d’être en permanence climatisés pour fonctionner.

 

Une mobilisation collective

Face à ce constat, de nombreux acteurs commencent à se mobiliser. On peut par exemple citer Iddri, FING, WWF France, CNNum et GreenIT, qui ont publié en mars 2018 le livre blanc « Numérique et Environnement ».


Les 4 axes de travail proposés dans le livre blanc « Numérique et Environnement »

 

Quatre grands axes y sont abordés :



  • Réduire l’empreinte écologique du numérique, en réduisant l’utilisation de matériaux non-recyclables et en évitant et limitant notre surconsommation d’objets numériques.
  • Utiliser le numérique pour mieux concevoir les politiques écologiques. On observe notamment que le numérique favorise la participation citoyenne au niveau national et international, le partage de données et d’informations (on parle alors d’open data) ainsi que l’émergence d’initiatives telles que des plateformes locales d’échanges ou de mobilités collaboratives.
  • Soutenir l’innovation en faveur de l’écologie, en sensibilisant les incubateurs et entrepreneurs aux questions écologiques par exemple.

     

  • Mobiliser le potentiel des données au service de la transition écologique, en favorisant le partage de données écologiques environnementales et géographiques entre les acteurs (ce qui est encore difficile aujourd’hui).

 

L’agenda pour un futur numérique et écologique

En mars 2019, La Fing dans le cadre du programme Transition2 a poursuivi ces réflexions en publiant « L’Agenda pour un futur numérique et écologique ». Celui-ci est issu d’un travail de trois ans, en collaboration avec les acteurs du Livre blanc « Numérique et Environnement ».

La Fing met en avant 5 principes fondateurs de ce nouvel agenda au service de la transition écologique :

  • La technologie n’apporte pas de solutions mais les solutions apportent la technologie.
  • La force transformationnelle n’est pas dans le calcul mais dans l’action collective.
  • Le numérique collaboratif et l’économie démocratique sont en partie liés mais ils ne le savent pas encore.
  • L’innovation ne jouera un rôle positif dans la transition écologique qu’en se focalisant sur son impact autant que sur son modèle économique. 
  • Numérique et industrie doivent montrer la voie.

Chacun de ces axes propose des défis invitant les différents acteurs à prendre part à ces transformations. Un agenda ambitieux et actuel, qui se saisit du problème au cœur pour alimenter cette réflexion entre transition écologique et numérique et améliorer le monde de demain.

 

Privées ou publiques, des initiatives ont déjà vu le jour

 



À Paris, un data center réemploie l’énergie et la chaleur produite par ses machines pour alimenter une piscine du secteur et un autre alimente un centre aquatique et des entreprises voisines.

L’entreprise Fairphone a développé un téléphone entièrement conçu dans une démarche écoresponsable. Avec quatre principaux objectifs : un design qui répond aux attentes du XXIème siècle, l’emploi de matériaux responsables, de meilleures conditions de travail pour toutes les personnes qui seront amenées de près ou de loin à participer à la chaîne de production et enfin un téléphone recyclable et réutilisable en proposant au consommateur de le réparer lui-même facilement.

En recherche et développement, l’Institut national de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture (IRSTEA) s’illustre aujourd’hui comme un acteur phare de la transition écologique et numérique. Implanté sur tout le territoire, il est très actif en recherche et innovation autour de problématiques environnementales liées à l’eau, à l’écotechnologie et à l’aménagement du territoire afin de proposer des solutions plus responsables répondant aux besoins de l’agriculture.

 

 

Le numérique a permis d’aborder une posture plus écoresponsable et d’amélioration des pratiques.



Métiers du numérique et de l’environnement
En ce sens, de nombreux métiers du numérique se sont mis au service de l’environnement. Le Géomaticien, par exemple, travaille au carrefour de la géographie et de l’informatique. Il analyse les données pour mettre en forme le territoire et intervient notamment dans des contextes environnementaux.

Un exemple souligné par un article de l’observateur de l’OCDE : de nouveaux outils permettent aujourd’hui de mesurer dans l’océan les zones propices ou non à la pêche afin de lutter contre l’appauvrissement des ressources. Plus généralement, le métier de data scientist a donc de l’avenir dans le champ de l’environnement : la récolte et la gestion des données permettent aujourd’hui une amélioration considérable dans la prise en compte des problématiques environnementales. Et donc d’influer sur les politiques menées en faveur de la protection de l’environnement et contre le réchauffement climatique. Comme le souligne l’article, il pourrait par exemple être envisageable que les pollueurs « remboursent », un jour, leur dette auprès des citoyens. 

Certaines associations s’engagent de plus en plus à accompagner les métiers d’aujourd’hui vers une posture plus responsable écologiquement. C’est le cas de Green IT, qui propose des astuces et des formations autour de la question d’une digitalisation verte. Parmi celles-ci, on retrouve, entre autres, le « Green Data center ». Cette formation permet aux entreprises d’apprendre à réduire le coût économique des data centers, mais également de travailler sur l’impact écologique de ceux-ci.

 

Et les métiers de demain ?



Selon les spécialistes, 60 % des métiers de demain n’existent pas encore. Il est donc important de se poser la question de l’évolution et de l’apparition de ces

nouveaux métiers. En clair : quels seront les métiers de demain et comment environnement et numérique vont-ils s’accorder un peu plus ?
Les Propulseurs, s’emploient dès à présent à réfléchir sur ces questions, à travers notamment des ateliers d’imagination des métiers de demain. On peut citer le Datadroniste qui, à l’aide de drones, viendra vérifier le taux d’azote au-dessus des champs. Ou encore les Energohommes, qui auront pour mission de récupérer l’énergie humaine. Des métiers qui n’existent pas encore, mais qui pourraient, un jour, se poser comme alternative aux problématiques environnementales.

 

Pour en savoir plus :

Agenda

03 juillet 2019
Paris-75000
03 juillet 2019
Paris-75000
03 juillet 2019
Paris-75000