Mesurer pour progresser avec l’étude d’impact réalisée par KiMSO

Octavie BACULARD _Directrice Associée, Valérie JAOUEN _Experte Associée
_
L’équipe Innov’Avenir a souhaité poser un regard sur les avancées du programme et son impact pour les bénéficiaires. Le cabinet Kimso a été retenu pour effectuer cette évaluation d’impact. Octavie Baculard et Valérie Jaouen nous expliquent cette démarche

 

Pourriez-vous nous présenter KiMSO et votre activité ?
 



KiMSO, cabinet pionnier sur l’évaluation d’impact social en France a pour mission d’accompagner ses clients, associations, entreprises sociales, fondations, investisseurs à impact et directions RSE d’entreprises à développer leur impact social.
En 5 ans, nous avons réalisé plus de 200 missions et développé ainsi une solide connaissance de solutions face aux différentes formes de précarités et d’inégalités, notamment dans les champs de l’éducation, de l’emploi ou du handicap.
La force de notre équipe repose sur deux piliers : l’engagement et une complémentarité d'expertises, mis au service de projets porteurs de sens.

 

On entend souvent parler d’étude d’impact mais aussi d’évaluation d’impact et de mesure d’impact : quelles différences faites-vous ?


Octavie BACULARD

L'évaluation recouvre l'ensemble des méthodes d'études qui peuvent être mobilisées alors que la mesure d'impact recouvre uniquement les méthodes quantitatives.

En fonction des questions évaluatives, une évaluation d'impact peut s'appuyer sur une méthode qualitative à travers des observations et entretiens avec les parties prenantes. Elle peut également mobiliser des méthodes quantitatives via la définition d’indicateurs et la mise en place d’outils de suivi ou d’enquêtes pour mesurer ces indicateurs.
Enfin, l'évaluation peut aussi faire appel à des méthodes monétaires en s’appuyant par exemple sur les coûts évités pour la puissance publique.
 

On imagine que pour chacun de vos clients, les projets ont des spécificités. Comment vous êtes vous adapté à Innov’Avenir dans la démarche proposée ?

 

Depuis 3 ans, Innov’Avenir avait mis en place des questionnaires avant/après administrés aux élèves mais les résultats étaient difficiles à récupérer et au final peu exploités. L'enjeu pour l'équipe était double : monter en compétence sur l'évaluation d'impact en bénéficiant d'un accompagnement et d'outils bien construits pour pérenniser la démarche et bénéficier d'une évaluation externe pour valider les changements de représentations et de comportements des jeunes vis à vis du numérique.

 

Quels enseignements tirez-vous de ce projet avec Innov’Avenir et de l’angle éducatif ?

 


Valérie JAOUEN

A l'issue du projet, nous retenons deux points majeurs :
Dans toutes nos missions, il est indispensable de bien comprendre la réalité des organisations que nous accompagnons pour construire un dispositif sur-mesure et adapté à chacune. Ce point a été particulièrement important dans notre accompagnement d'Innov'Avenir, pour qui la logistique d'organisation des ateliers peut être complexe. En effet, nous avons été particulièrement attentives à bien prendre en compte, aux différentes étapes de la mission et dans la construction de nos outils, la réalité dans chacun des établissements scolaires concernés : présence ou non d'ordinateurs dans les classes, compréhension des termes utilisés dans les questionnaires  par les élèves, présence et rôle des enseignants lors des ateliers, ...

Le second enseignement concerne la temporalité des effets mesurés au cours de notre mission. En effet, le temps de l'éducation est le temps long, ce qui peut sembler difficilement compatible avec une évaluation d'impact social réalisée sur une partie de l'année scolaire. Innov Avenir sème des graines dans l'esprit des élèves, qui pourront porter leurs fruits quelques années plus tard en matière d'orientation professionnelle ! Ainsi, les entretiens avec les enseignants pour recueillir leurs avis et leur perception des effets des parcours sur les élèves et sur eux-mêmes ont été précieux pour mettre en perspective cet enjeu temporel.

 

Quelles sont les 3 questions à se poser lorsqu'on est un acteur associatif ou une fondation d’entreprise qui souhaite évaluer son impact social ?

 

Lors d'un premier échange avec une organisation à finalité sociale, nous posons 3 questions : que voulez-vous savoir ? Qui souhaitez-vous convaincre ? A quoi les résultats de l'étude vont servir ?
C'est en fonction de ces questions que nous pouvons construire une méthodologie adéquate. Ensuite, il ne faut pas craindre de se lancer dans la démarche, suivre une formation par exemple peut être un premier pas pour monter en compétence.
La démarche d'évaluer son impact va amener à s'interroger sur la mission sociale du projet, les parties prenantes concernées et les effets attendus ou espérés. C'est une démarche riche qui permet d'objectiver des ressentis ou des intuitions, de valoriser des parties prenantes comme les bénévoles et souvent d'identifier des voies d'amélioration.

 

Innov’Avenir vous donne rendez-vous en septembre pour les résultats !

 

Témoignages

Carole, Hélène, Meriam, Jean-François, Mehdi, Tom, -
Issy-les-Moulineaux, 92130
Mesdames Buffaud, Ollieu, Pella, Pernigaud - Professeurs au Collège Paul Eluard
Venissieux, 69200
Mustapha - Enseignant Sciences Physiques et Chimiques, Chargé de Mission Orientation
Aulnay-sous-Bois, 93600